Gérard

Kaïden - Retraité aujourd'hui, il découvre l'aïkido en 1981 et l'enseigne depuis 1993

Petit auto-portrait :

« C'est par ma femme et ma sœur qui faisaient elles-mêmes du yoga que j'ai entendu parler d'Aïkido, c'est aussi dans un club de vacances où l'Aïkido était proposé que cela m'a interpellé. Très vite un ami nous a fait part d'un nouveau club qui se créait et je m'y suis inscrit.
Je n'ai pas vraiment essayé d'autres arts martiaux, l'Aïkido m'a tout de suite convenu, j'y avais découvert ma voie. Je cherchais à mieux me connaître, à prendre confiance en moi et être fidèle à la voie de Maître UESHIBA.
Au tout début cela était très scolaire avec les éducatifs qui m'ont rappelé l'école lorsqu'on apprend l'alphabet, ensuite un apprentissage de la technique, passation des grades, rencontrer des professeurs, des maîtres. Et puis un jour, au fil des années j'ai fait un choix de rencontrer un Maître. Là ça été un nouveau départ pour moi, une remise en cause profonde. Apprendre à maîtriser sa propre violence, corriger son attitude (forme de corps), sa respiration, l'alternance du Yin et du Yang, l'unification du corps et de l'esprit, la découverte du Ki. L'Aïkido est devenu mon quotidien dans toutes les démarches de ma vie et de chaque instant avec beaucoup de persévérance.
L'enseignement est un richesse supplémentaire, une remise en cause, un échange, une attention, un partage, une prise de conscience, un rigueur de soi, l'amour. C'est aussi le plaisir de transmettre une passion.
Les difficultés rencontrées dans le passé étaient la précision et la coordination des gestes et mouvements, apprendre à conduire une énergie, à respirer. Et aujourd'hui, être à l'écoute du ou des partenaires, se libérer des tensions physiques et mentales, être centré, être disponible.
C'est une excellente école de la vie qui permet de mieux vivre et de mieux gérer les problèmes au quotidien. Etre à l'écoute de l'homme, de la nature et de l'univers. »